Les nouvelles normes d'isolation thermique, le prix de l'énergie qui explose, la nécessité d'avoir un bilan énergétique à la revente, l'aide au financement de bâtiments anciens et les crédit d'impôts font qu'elle ne se discute plus elle s'impose. Indispensable élément de confort, elle consiste à freiner les échanges thermiques avec l'extérieur: garder la chaleur en période froide, l'empêcher de rentrer en été. Elle limite l'effet de paroi froide (le différentiel entre l'air ambiant et les murs qui doivent être inférieur à 3°C , et entre les sols, plafond de 2°C afin,d'éviter les vents coulis). Bien isoler impose en plus des matériaux d'isolation, une bonne aération pour éviter les moisissures, les champignons les acariens et une sensation de froid du à une à l'humidité stagnante.

L'isolation se fait à tous les niveau:

  • les murs sont en matériau isolant: béton cellulaire, briques alvéolées, bois. Soit doublé à l'intérieur avec de la laine de verre, polystyrène soit isolé par l'extérieur avec des PSE ou des laines minérales recouvert d'enduit, tuiles, bardages ou ardoises
  • Le sol: plancher sur vide-sanitaire avec ourdis en polystyrène ou hérisson et plaques PSE
  • la toiture avec le plus souvent de la laine de verre ou mousse expansée
  • les menuiserie avec des doubles vitrages

Le calcul de l'isolation thermique d'un bâtiment n'est aisé et tient compte de beaucoup de facteur: menuiseries, ponts thermiques choix des matériaux soin apporté à la construction. On a toutefois à notre disposition un coefficient d'isolation thermique le "R" qui nous permet d'évaluer sont efficacité: au plus il est grand au mieux il isole: R=2 avec 5cm d'épaisseur pour la mousse de polyurétiléne, 0,98 à 1,52 pour la laine de verre. Actuellement une mauvaise isolation fait consommer pour un bâtiment 200KW/m² par an, une bonne isolation permet de descendre à la moitié soit 100KW/m² en 2050 la norme devra être de 50KW/m²!